Budget de Pôle emploi pour 2016 : Pas à la hauteur des besoins !


Le budget de Pôle emploi pour 2016 est globalement en stagnation. Il faut le dire
très nettement « Il ne correspond absolument pas aux besoins d’une politique
ambitieuse de lutte contre le chômage ! ».
Ce budget est construit sur la base d’un strict maintien de la subvention de l’État (au
même niveau qu’en 2014) et d’une légère augmentation des fonds ponctionnés sur la
trésorerie de l’UNEDIC.
Malgré une augmentation extrêmement forte du nombre de demandeurs d’emploi
(+5% en 2015) les effectifs autorisés par l’État stagnent au même niveau depuis 3
ans.
Impossible dans ces conditions de garantir le maintien de la qualité des services rendus
aux chômeurs comme aux entreprises. Et cela sans parler même des conditions de
travail des personnels de Pôle emploi, qui se dégradent.
Pour faire face à cet accroissement constant des activités, la direction de Pôle
emploi inscrit dans ce budget le financement de la sous-traitance à des
Opérateurs privés de placement (OPP) d’une part importante de l’aide au retour à
l’emploi des chômeurs.
Le budget pour 2016 se caractérise également par le financement des
nombreuses mesures destinées à éviter que les chômeurs soient reçus par les
conseillers de Pôle emploi.
C’est ce qui explique largement le développement de l’Offre de service numérique, ainsi
que le refus de recevoir les chômeurs qui n’auraient pas obtenu un rendez-vous avec
un conseiller.
Tout est fait pour que les chômeurs apprennent à se passer de Pôle emploi !
En application sans doute anticipée des propos du Président de la République au
CESE le 18 janvier dernier, qui regrettait que l’indemnisation des chômeurs soit
en France la plus longue d’Europe, le budget de Pôle emploi pour 2016 consacre
la réduction des crédits consacrés à l’allocation spécifique de solidarité (ASS)
malgré l’augmentation extrêmement forte du nombre de chômeurs de longue
durée à laquelle nous assistons (soit +9,5% en 2015).
En fait, ce qui se profile avec ce budget d’austérité c’est un surcroît de financement des
politiques de l’emploi et de la formation des chômeurs par les budgets qui devraient
servir à l’indemnisation du chômage: c’est le retour des sinistres politiques dites
d’activation des dépenses passives et du PARE/PAP, qui font payer par les privés
d’emploi les mesures de la politique publique de l’emploi que l’État refuse de financer
au nom de son obsession libérale de réduction des dépenses publiques.
La stagnation du budget de Pôle emploi pour 2016 est une mauvaise nouvelle
pour les demandeurs d’emploi comme pour les agents de Pôle emploi.
Les mobilisations du personnel, en lien avec les organisations de chômeurs, les
structures syndicales interprofessionnelles, les élus locaux, qui ont lieu depuis plusieurs
semaines dans les établissements de Pôle emploi sont appelées à se développer et à
monter en puissance contre la fermeture des agences l’après-midi, contre le Nouveau
Parcours du combattant imposé aux demandeurs d’emploi.
La CGT Pôle emploi et ses élu-es sont déterminés à prendre toute leur part dans
la construction d’un mouvement revendicatif qui permette de garantir une juste
indemnisation du chômage et de renforcer le service public de l’emploi et ses
personnels, en le dotant des orientations, des moyens budgétaires et des
effectifs, lui permettant de répondre aux attentes de ses usagers.

Votes
Pour: CFDT, CGC (7) – Contre: CGT, SUD, FO (8) – Abst.: SNU, CFTC, SNAP (6)
Tract à télécharger : 2016-01-29-CCE-Declaration_Budget_pour_2016

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s