AGENTS DE DROIT PRIVÉ :Des principes et des contraintes inacceptables


 Aujourd’hui à Pôle emploi, la gestion des personnels se trouve encadrée par une série de principes et de contraintes inacceptables.

Après une fusion à marche forcée, la rationalisation constante des moyens couplée à une vision réductrice des métiers et des qualifications desagents de Pôle emploi mène à une dégradation constante des conditions de travail et de la délivrance du service.

Cette dégradation, au moins autant que le contexte économique, est à l’origine de la mise en danger quotidienne des agents : depuis la création de Pôle emploi, le nombre de  menaces, agressions et actes désespérés augmente et le nombre des arrêts de travail des agents est en constantaccroissement.

Faces à ces données statistiques alarmantes, la direction n’a aucune autre réponse qu’une continuelle course aux économies budgétaires quand elle ne se permet pas d’affirmer que les revendications légitimes des salariés n’ont pas lieu d’être et qu’après tout ceux-ci sont déjà bien trop payés !

Dans ces conditions, à quoi se résume aujourd’hui la carrière d’un agent de droit privé à Pôle emploi ?

Il devra donc tout d’abord faire le deuil d’une augmentation générale de salaire puisque la DG a balayé les NAO d’un revers de main, et de l’autre a tendu aux organisations syndicales une proposition de prime aussi symbolique que dérisoire.

Cela étant établi, l’agent devra tout de même prendre sur lui et réaliser le travail qui lui a été confié sans pour autant bénéficier de formation continue et qualifiante.

Il est temps que la DG prenne ses responsabilités et propose enfin de véritables perspectives de carrière à ses salariés.

La CGT revendique pour les agents de droit privé :

–          La revalorisation de la valeur du point et du montant de la partie fixe.

–          L’arrêt du recours aux heures supplémentaires et la fin des heures écrêtées.

–          L’assurance d’une véritable transparence en matière de recrutements, de promotions et d’évolutions de carrière.

–          L’ouverture d’une voie de recrutement pour les salariés non diplômés.

–          Des modalités de déroulement de carrière automatique.

–          La garantie de formations professionnelles qualifiantes permettant l’accès aux niveaux d’emploi supérieurs.

–          La réalisation d’un plan de résorption de la précarité et des embauches en CDI.

Paris, le 23 octobre 2013

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s