RETRAIT DU PROJET DE LOI DITE DE « SECURISATION DE L EMPLOI »


clip_image002clip_image004clip_image006clip_image008

 

RETRAIT DU PROJET DE LOI

DITE DE « SECURISATION DE L EMPLOI »

L’Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013 (signé par la CFDT, la CGC, la CFTC et le MEDEF qui s’en félicite) sur la sécurisation de l’emploi est dangereux pour les salariés de nos professions.

Après les mobilisations du 5 mars qui a réuni plus de 200 000 manifestants dans 175 cortèges et rassemblements, les organisations syndicales de Pôle Emploi FO, CGT, SNU et SUD réaffirment leur opposition résolue aux principales dispositions contenues dans l’Accord Interprofessionnel sur l’emploi du 11 janvier 2013.

En France, en Europe et dans le monde, la crise et ses conséquences sont d’une violence insupportable. En France l’hémorragie des emplois industriels, confirmée par les derniers chiffres du chômage, plonge des millions de salariés dans la précarité et l’incertitude. Parallèlement, la finance ne s’est jamais aussi bien portée !

Partout en Europe ces politiques d’austérité mises en œuvre par les différents gouvernements, sous couvert de la crise mondiale, réduisent les droits sociaux des salariés, s’attaquent aux libertés et généralisent l’insécurité sociale.

Au lieu de sortir notre pays de la crise, cet accord s’il était transposé dans la loi contribuerai à dégrader encore plus la situation de l’emploi et mettre chaque salarié en situation de fragilité e t de soumission face à son employeur. C’est une grave remise en cause du code du travail.

Les fusions, restructurations, les regroupements, la MAP contribuent à la casse des missions de service public et remettent en cause l’essence même de notre protection sociale. Et nous sommes particulièrement bien placés a Pôle Emploi pour nous en rendre compte au quotidien.

Dans tous les secteurs, privés comme publics, les luttes pour l’emploi, les salaires, les conditions de travail démontrent la détermination des salariés à combattre le nouveau modèle social que veut nous imposer le MEDEF avec la complicité du gouvernement actuel.

Ce n’est pas le travail qui coûte, mais le capital qui confisque les richesses créées par le travail. Le changement de cap en matière de politique d’emploi et de garanties sociales pour les salariés est une absolue nécessité.

La transposition de la loi, par les parlementaires, de l’Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013, accentuerait cette logique libérale et serait un recul historique des droits des salariés.

Les organisations syndicales CGT, FO, SUD et SNU de Pôle Emploi appellent tous les agents à se mobiliser pour créer partout les conditions de la mobilisation la plus large possible pour REJOINDRE RASSEMBLEMENTS ET MANIFESTATIONS

le 9 avril 2013.

Pour plus de justice sociale pour les salariés, les travailleurs privés d’emploi et les retraités,

Pour combattre l’austérité économique et sociale,

Pour refuser l’aggravation de la flexibilité,

Pour revendiquer plus de sécurité de l’emploi,

Parce que nous disons NON à la REGRESSION SOCIALE

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s